Article Alice & Marc – Les origines du shampoing

Affluence Marketing Shampoing solide
shampoing-solide-alice-et-marc

Le shampoing solide, les origines !

Le shampoing fait parti de notre routine de soins. Les shampoings liquides “issus de la pétrochimie” sont majoritaires, mais les shampoings solides font désormais partie de nos habitudes de consommation.

Dans cet article, on vous parle de l’origine du shampooing et son évolution au cours des siècles, jusqu’à nos jours.

Dans l’Egypte antique  on se lave les cheveux avec de l’argile et des décoctions à base de plantes. Du henné pour nettoyer le cuir chevelu.
Le shampoing était composé d’acide citrique, de savon et d’eau, très irritant pour les yeux et la peau !

Au moyen-âge, les femmes avaient les cheveux très longs,  elles utilisaient des onguents à base de graisse animale et d’infusions de plantes. À la fin du XVIe siècle, en raison des maladies qu’elle pouvait engendrer, l’eau fût déconseillé. On utilisait alors des poudres à base d’argile, l’ancêtre du shampoing sec est né!

De nos jour !

shampoing-solide-argile-blanche-alice-et-marc

Le shampoing tel que nous le connaissons aujourd’hui, est apparu en Angleterre, au XVIIIe siècle. Le mot “Shampoing” vient de shampoo, qui date de 1762 et qui signifiait “masser”.

Shampoo est aussi emprunté à un mot hindi “chāmpo” impératif de “Chāmpnā”   qui signifie “huile, masser les muscles”  et désigne les plantes utilisées pour fabriquer des huiles parfumées pour le massage des cheveux.

Sake Dean Mahomed né à Patna, en Inde, est à l’origine de la pratique du shampoing,  “Champooi”. Il ouvre “les bains de vapeurs indien de Mahomed” à Brighton, célèbre station thermale Anglaise, en 1814.

Les clients reçoivent un massage thérapeutique du cuir chevelu et des remèdes complets pour le traitement des  rhumatismes, raideurs articulaires et vieilles entorses. De ce succès, il est nommé chevalier shampouineur  du roi George IV ainsi que de son frère William IV. Avec le temps, le sens du mot “shampoing” évolue et de “Masser le cuir chevelu” cela devient «se laver les cheveux avec du savon».

Les coiffeurs britanniques ont par la suite, utilisé une pâte confectionnée à partir de paillettes de savon et de plantes mélangé dans de l’eau bouillante, pour laver et faire briller les cheveux de leur clientes et clients.

Du petit atelier, à la production de masse !

Kasey Hebert fut le premier à industrialiser et commercialiser le shampoing. Il appela son produit « Shaempoo » qu’il vendit dans les rues de Londres.

C’est en 1903 que tout s’accélère. Le chimiste et pharmacien allemand, Hans Schwarzkopf, présente le premier shampoing en poudre à mélanger avec de l’eau.
Sous le nom de “shampoing à tête noir” il obtient un énorme succès. Il quitte la pharmacie pour se consacrer uniquement à la production de shampooing.
En 1927, il lance le premier shampooing liquide sur le marché européen, principalement distribué auprès des coiffeurs.

C’est en 1931 en France,  que le fondateur de L’Oréal Eugène Schuller crée le premier shampoing à base de détergent de synthèse (Syndet).

Trois ans plus tard, L’Oréal décide de commercialiser “DOP berlingot”, le premier shampooing moderne de grande consommation.

DOP, devient le 1er shampoing grand public. De nombreuses campagnes publicitaires furent lancées pour en développer l’usage massif. De toute évidence, pour favoriser l’utilisation du shampooing de manière intensive. Ce qui le fit entrer par conséquent, dans les rituels de soin du quotidien.

Retour Aux sources !

Coloration-naturelle-aux-hennés

Aujourd’hui le shampoing a été repensé pour revenir à un produit plus naturel. Respectueux de l’environnement et du corps. On constate l’apparition de nouvelles recettes de shampoing maison à base de poudres naturelles comme l’argile, ainsi que l’envie de laisser respirer son cuir chevelu en espaçant les shampoings de quelques jours, cela permet de retrouver sa “vraie” nature de cheveux.

C’est la conséquence d’une résurgence majeure des shampooings solides à base d’ingrédients naturels et de tensioactifs d’origine végétale (comme le SCI dérivé de l’huile de coco). Doux pour le cuir chevelu et aussi, plus respectueux de la planète car zéro plastique.

Alors, sommes nous prêts à changer nos habitudes ?

Cet article vous a plus ? N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions, ICI